An Assessment of Specialist Physician Referral Practices for Long-Term Cardiovascular Risk Reduction in the Community: Are We Using Our Available Resources?

Main Article Content

Kathryn Watson
Janeve Desy
Eliana Castillo
T. Lee-Ann Hawkins
Amy Metcalfe

Abstract

Background: Our aim was to evaluate specialist physicians’ referral patterns for cardiovascular risk reduction (CRR) while identifying existing CRR programs in a large Canadian city.


Methods: This was a cross-sectional study involving an electronic survey of cardiologists and internists in Calgary, Alberta, to assess CRR referral patterns. A concurrent online search for programs addressing CRR was undertaken.


Results: Twenty-four CRR programs were identified. Nine (37.5%, 95% CI: 21.2–57.2) required physician referral. Half (50.0%, 95% CI: 31.4–68.6) had no direct patient cost.


A majority of surveyed physicians estimated that more than half of their patients have at least one modifiable risk factor. However, 75.0% (95% CI: 61.2–85.1) had referred less than half of these patients for CRR.


Conclusion: Our study demonstrates a gap in specialist physician referral practices for CRR. Patients with modifiable risk factors may not be accessing valuable CRR resources.


Résumé


Contexte : Notre but consistait à évaluer les habitudes d’orientation des médecins spécialistes en ce qui a trait à la réduction du risque cardiovasculaire (RRCV) et à recenser les programmes de RRCV présents à l’intérieur d’une grande ville canadienne.


Méthodologie: Une étude de prévalence a été menée par sondage électronique auprès des cardiologues et des internistes de la ville de Calgary, Alberta, dans le but d’évaluer les habitudes d’orientation en ce qui a trait à la réduction du risque cardiovasculaire (RRCV). Parallèlement, une recherche sur les programmes de RRCV a été entreprise, en ligne également.


Résultats: On a répertorié 24 programmes de RRCV. Neuf (37,5 %; IC de 95 % : 21,2–57,2) nécessitent que le patient soit recommandé par un médecin. La moitié (50,0 %; IC de 95 % : 31,4–68,6) n’engendre aucun coût direct pour le patient.


La plupart des médecins interrogés évaluent que plus de la moitié de leurs patients présente au moins un facteur de risque modifiable. Cependant, 75,0 % (IC de 95 % : 61,2–85,1) ont orienté moins de la moitié de ces patients vers un programme de RRCV.


Conclusion : Notre étude montre qu’il y a une lacune dans les pratiques d’orientation des médecins spécialistes relativement aux programmes de RRCV. Ainsi, des patients ayant des facteurs de risque modifiables n’ont pas accès à des ressources précieuses en matière de RRCV.



 


 

Abstract 447 | HTML Downloads 169 PDF Downloads 187 Untitled Downloads 0