Real-World Adverse Reactions in COPD Patients on Inhaled Long-Acting Bronchodilators

Main Article Content

Marie-France Beauchesne
Hajar Kalakeche
Claudie Rodrigue
Amélie Forget
Lucie Blais

Keywords

inhaled bronchodilators, long-acting anticholinergics, long-acting beta-agonists, chronic obstructive lung disease, adverse reactions

Abstract

Background: Inhaled bronchodilators are the mainstay of chronic obstructive pulmonary disease (COPD) pharmacotherapy, and several long-acting muscarinic antagonists (LAMA) and long-acting beta-2 agonists
(LABA) are currently available. Recognizing real-life frequencies of adverse reactions enables clinicians to give appropriate counseling to COPD patients on these medications.


Objective: The main objective of this study was to assess frequencies of common adverse reactions of inhaled bronchodilators among COPD patients.


Design: This was a cross-sectional study.


Participants: Subjects registered in a database and followed up at pulmonary clinics for their COPD.


Main measures: Subjects were invited to complete a questionnaire regarding the frequency of common adverse reactions that can be associated with LAMA and LABA.



Key results: A total of 226 COPD patients were included and assigned to one of these three groups: LAMA +
LABA (n = 182), LABA (n = 26), and LAMA (n = 18). The proportion of subjects in each group who reported to have experienced at least on adverse reaction in the week preceding the interview was 83.3%, 88.5%, and 95.6%, respectively. The most common adverse reaction that occurred “most of the time” or “always” in
patients having LAMA and LABA was dry mouth (56%), followed by dry throat (32.4%) and muscle cramps (26.4%).


Conclusion: Adverse reactions in users of inhaled bronchodilators that are not necessarily attributed to the medication itself are common in real-life practice. In COPD, monitoring of adverse reactions is important as they influence quality of life and adherence to medication.


Résumé
Contexte : Les bronchodilatateurs inhalés sont le pilier de la pharmacothérapie de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), et plusieurs antagonistes muscariniques à longue durée d'action (AMLA) et bêta-2 agonistes à longue durée d'action (BALA) sont actuellement disponibles. Reconnaître les fréquences réelles des effets indésirables permet aux cliniciens de donner des conseils appropriés aux patients atteints de MPOC sur ces médicaments.


Objectif : L'objectif principal de cette étude était d'évaluer la fréquence des effets indésirables courants des bronchodilatateurs inhalés chez les patients atteints de MPOC.


Devis : Il s'agissait d'une étude transversale.


Participants : Sujets enregistrés dans une base de données et suivis dans des cliniques externes de pneumologie pour leur MPOC.


Principales mesures : Les sujets ont été invités à remplir un questionnaire concernant la fréquence des effets indésirables courants pouvant être associés à l'AMLA et au BALA.


Principaux résultats : Au total, 226 patients atteints de MPOC ont été inclus et répartis à l'un de ces trois groupes : AMLA + BALA (n = 182), BALA (n = 26) et AMLA (n = 18). La proportion de sujets dans chaque groupe qui ont déclaré avoir ressenti au moins un effet indésirable au cours de la semaine précédant l'entretien était de 83,3 %, 88,5 % et 95,6 %, respectivement. L'effet indésirable le plus fréquent survenu « la plupart du temps » ou « toujours » chez les patients sous AMLA et BALA était la sécheresse de la bouche (56 %), suivie de la sécheresse de la gorge (32,4 %) et des crampes musculaires (26,4 %).


Conclusion : Les effets indésirables chez les utilisateurs de bronchodilatateurs inhalés qui ne sont pas nécessairement attribués au médicament lui-même sont fréquents en pratique courante. Dans la MPOC, la surveillance des effets indésirables est importante car ils influencent la qualité de vie et l'adhésion au traitement.

Abstract 96 | PDF Downloads 45 XML Downloads 221 HTML Downloads 53

Most read articles by the same author(s)